Click here to load reader

REALISATION D UN DTA DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE …

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of REALISATION D UN DTA DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE …

Microsoft Word - Rapport Mouvens - Martinique - Synthèse.docxRégion Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 1/100
REALISATION D’UN DTA DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE SPORTIVE SUR LE
TERRITOIRE DE LA MARTINIQUE
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 2/100
SOMMAIRE
2.   SYNTHESE DES PISTES DE REFLEXIONS ET ACTIONS POTENTIELLES ........................................................................................................... 6
3.   CONTEXTE ......................................................................................................................................................................... 14   3.1.   CHIFFRES CLES, SYNTHESE ET PROBLEMATIQUE DU TERRITOIRE .......................................................................................................... 14   3.2.   L’EVOLUTION DE LA POPULATION PAR COMMUNE (1999 – 2010) ....................................................................................................... 18   3.3.   LA REPARTITION DE LA POPULATION PAR AGE ............................................................................................................................... 19   3.4.   LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ............................................................................................................................................ 21
4.   L’OFFRE SPORTIVE DU TERRITOIRE ............................................................................................................................................. 23   4.1.   CHIFFRES CLES ET SYNTHESE ................................................................................................................................................. 23   4.2.   LES CHIFFRES CLES DES CLUBS ET DES LICENCES .......................................................................................................................... 26  
4.2.1.   Répartition des clubs sportifs affiliés sur le territoire  ..........................................................................................................................  29   4.2.2.   Réparation des licences par tranches d’âges  ..........................................................................................................................................  30   4.2.3.   Répartition des licences sportives affiliées sur le territoire (sur 70 fédérations)  ......................................................................  31  
5.   L’OFFRE EN EQUIPEMENTS SPORTIFS SUR LE TERRITOIRE .................................................................................................................... 32   5.1.   CHIFFRES CLES ET SYNTHESE ................................................................................................................................................. 32   5.2.   REPARTITION DES EQUIPEMENTS SPORTIFS PAR FAMILLE D’EQUIPEMENTS ............................................................................................... 34   5.3.   REPARTITION DES EQUIPEMENTS SPORTIFS PAR COMMUNE ................................................................................................................ 36   5.4.   REPARTITION DES EQUIPEMENTS SPORTIFS PAR EPCI ..................................................................................................................... 38   5.5.   ANNEES DE CONSTRUCTION ................................................................................................................................................... 39
6.   ANALYSES SPECIFIQUES DES EQUIPEMENTS SUR LE TERRITOIRE ............................................................................................................ 40   6.1.   LES BASSINS DE NATATION .................................................................................................................................................... 40  
6.1.1.   Chiffres clés et synthèse  .................................................................................................................................................................................  41   6.1.2.   Dotation en bassins de natation  ...................................................................................................................................................................  44  
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 3/100
6.1.3.   L’offre sportive  ....................................................................................................................................................................................................  45   6.1.4.   Projets en bassins de natation  ......................................................................................................................................................................  46  
6.2.   LES COURTS DE TENNIS ........................................................................................................................................................ 47   6.2.1.   Chiffres clés et synthèse  .................................................................................................................................................................................  48   6.2.2.   Dotation en courts de tennis  .........................................................................................................................................................................  50   6.2.3.   L’offre sportive en lien avec l’équipement  ................................................................................................................................................  51   6.2.4.   Projets en courts de tennis  ............................................................................................................................................................................  52  
6.3.   LES DOJOS/SALLES D’ARTS MARTIAUX ....................................................................................................................................... 53   6.3.1.   Chiffres clés et synthèse  .................................................................................................................................................................................  54   6.3.2.   Dotation en dojos/salles d’arts martiaux  ..................................................................................................................................................  56   6.3.3.   L’offre sportive des usagers  ...........................................................................................................................................................................  57   6.3.4.   Projets en dojos exprimés par les communes  ........................................................................................................................................  61  
6.4.   LES EQUIPEMENTS D’ATHLETISME ............................................................................................................................................ 62   6.4.1.   Chiffres clés et synthèse  .................................................................................................................................................................................  63   6.4.2.   Dotation en équipements d’athlétisme  ......................................................................................................................................................  65   6.4.3.   L’offre sportive des usagers  ...........................................................................................................................................................................  66   6.4.4.   Projets en stades et pistes d’athlétisme  ...................................................................................................................................................  67  
6.5.   LES PLATEAUX EPS ET LES TERRAINS EXTERIEURS ......................................................................................................................... 68   6.5.1.   Chiffres clés et synthèse  .................................................................................................................................................................................  69   6.5.2.   Dotation en plateaux EPS  ...............................................................................................................................................................................  71   6.5.3.   Projets en plateaux EPS et terrain extérieurs  .........................................................................................................................................  72  
6.6.   LES SALLES MULTISPORTS ..................................................................................................................................................... 73   6.6.1.   Chiffres clés et synthèse  .................................................................................................................................................................................  74   6.6.2.   Dotation en salles multisports  .......................................................................................................................................................................  76   6.6.3.   L’offre sportive des usagers  ...........................................................................................................................................................................  77   6.6.4.   Projets en salles multisports  ..........................................................................................................................................................................  82  
6.7.   LES TERRAINS DE GRANDS JEUX .............................................................................................................................................. 83   6.7.1.   Chiffres clés et synthèse  .................................................................................................................................................................................  85   6.7.2.   Dotation en terrains de grands jeux  ...........................................................................................................................................................  87   6.7.3.   L’offre sportive des usagers  ...........................................................................................................................................................................  88   6.7.4.   Projets en terrains de grands jeux  ..............................................................................................................................................................  89  
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 4/100
7.   FOCUS SUR LES SPORTS DE NATURE ............................................................................................................................................ 90
7.1.   ENJEUX ET PROBLEMATIQUES ................................................................................................................................................. 91   7.2.   LE SPORT DE NATURE « TERRE » ............................................................................................................................................. 92  
7.2.1.   Chiffres clés, enjeux et axes de réflexion  .................................................................................................................................................  92   7.3.   LE SPORT DE NATURE « EAU » ............................................................................................................................................... 98   7.4.   LE SPORT DE NATURE « AIR» ............................................................................................................................................... 100  
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 5/100
1. Rappel des objectifs du DTA Contexte de la commande :
n Une population de plus 400 000 habitants dont le rythme de croissance diminue :
§ Une baisse notable des effectifs scolarisés.
§ Un vieillissement de la population qui s’accentue, bien de la part des moins de 15 ans reste plus élevée que la moyenne nationale.
n Une situation socioéconomique dégradée avec un chômage élevé (2 fois supérieure à la moyenne nationale), notamment chez les jeunes
n Des indicateurs de santé défavorables en particulier sur les maladies cardio-vasculaires, le diabète et le surpoids
n Une dotation en équipements inférieure à la moyenne nationale (23,5 contre 39,9 pour 10 000 hab.)
n Une pratique fédérale également moins développée
§ 17% de licences contre 25% au plan national par rapport à la population
§ 21 clubs pour 10 000 habitants contre 25 au plan national
n Un territoire qui possède des potentialités marquées en matière d’espaces de pratiques de nature, leviers de pratiques libres et de développement économique
Les objectifs du présent DTA sont les suivants :
¾ Réaliser un DTA de l’offre et de la demande sportive sur l’ensemble du territoire de la Martinique.
¾ Apporter des constats et préconisations sur le court, moyen et long terme.
¾ Disposer d’un diagnostic complet concernant les équipements sportifs, comme préalable à l’élaboration du schéma d’aménagement des équipements sportifs.
¾ Produire une cartographie des équipements tels que définis dans le RES.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 6/100
2. Synthèse des pistes de réflexions et actions potentielles
Thème Constats/objectifs Actions potentielles à mettre en oeuvre Niveau
de priorité
Réflexion transversale
Les problématiques de santé sont importantes sur le territoire (notamment les problèmes cardiovasculaires et de nutrition). Un dispositif sport-santé existe déjà, mais il est actuellement en sommeil.
Relancer un dispositif sport-santé partenarial en s’appuyant sur les travaux conduits précédemment. L’IMS (Institut Martiniquais du sport) intégrant une sous-commission sport-santé pourrait être positionné comme la structure ressource de ce dispositif (en matière de gouvernance partagée et de support technique).
Très élevé
Le vieillissement programmé de la population couplé aux problématiques de santés et au niveau de pratique sportive (8,5 points inférieur à la moyenne nationale) nécessite de favoriser l’accessibilité aux activités physiques et sportives.
Il apparaitrait stratégique de soutenir le développement d’une offre d’équipement (plateaux sportifs, parcours sportifs,…) et d’animation de proximité pour favoriser le développement de la pratique d’activités physiques et sportives.
Très élevé
Une partie des salles multisports sont la propriété du Conseil régional et Conseil général dans des établissements scolaires pour lesquels il n’existe pas une véritable visibilité des usages en soirée, les week-ends et les vacances.
Un travail spécifique sur le partage des équipements scolaires intramuros devrait être conduit pour optimiser les usages.
§ Aménager techniquement l’accessibilité aux clubs (accès, vestiaires, stokages,…) est plus simple, plus rapide et moins onéreux que de nouvelles constructions.
§ L’apparition de la collectivité unique devrait faciliter ce travail (dialogue avec les établissements sur les modalités d’accès, prise en charge des coûts de fonctionnement…).
Très élevé
Les ligues sportives ne disposent pas toutes d’un projet associatif qui soit un véritable outil (objectifs, fiches actions, indicateurs d’évaluation, échéancier,…) au service du développement territorial.
Mettre en place avec les ligues des conventions d’objectifs pluriannuelles adossées à un projet de développement territorial opérationnel (Cette action est prévue dans le projet de politique sportive du Conseil régional). Pour que cela soit fonctionnel, il conviendrait d’accompagner les ligues dans la construction de leur projet de développement (stratégie, méthodologie, outils de mise en œuvre et de suivi).
Elevé
Les EPCI disposent de la compétence optionnelle en matière de construction et de gestion des équipements sportifs d’intérêt communautaire (exercée ou non). Elle a été généralement construite pas à pas en fonction des besoins
Encourager les EPCI à (ré)interroger la compétence sport et la notion d’intérêt communautaire suivant 4 axes (les équipements sportifs, les clubs sportifs, les manifestations, l’animation locale) afin de définir une stratégie territoriale globale.
Elevée
Thème Constats/objectifs Actions potentielles à mettre en oeuvre Niveau
de priorité
Le soutien financier aux équipements sportifs est porté par une aide structurelle aux communes (CR et CG). Ce dispositif pourrait évoluer dans son organisation.
Intégrer le service des sports de la future collectivité unique dans l’instruction des dossiers de subvention aux équipements sportifs. Des conventions de développement à l’échelle de chaque EPCI pourraient permettre de prioriser des choix sur chacun des territoires.
Elevé
Bassins de natation
Le territoire est moins bien doté que la moyenne nationale et l’acquisition de la compétence « savoir nager » est problématique. Ce type d’équipement présente un coût d’investissement élevé et les propriétaires/exploitants rencontrent très souvent des difficultés pour assurer les charges de fonctionnement et la maintenance.
L’opportunité d’évolution pourrait s’orienter en 3 axes :
§ 1 -Viabiliser des espaces de baignades aménagées en mer (vestiaires + sanitaires) notamment s’il existe un usage scolaire.
Très élevé
§ 2 -Opportunité de recourir à des bassins flottants en mer … soumise à certaines conditions :
- La réponse à certains questionnements : o Quelle est la plus-value réelle de cette typologie d’équipement
par rapport à des lignes traditionnelles (en matière d’apprentissage, d’initiation, de formation sportive) ?
o Le bassin flottant diminue-t-il réellement les effets de la houle et si oui dans quelle proportion ?
o Le système présente-t-il toutes les garanties de sécurité, notamment en matière de visibilité et de surveillance sous les plateformes flottantes ?
- Il apparaitrait opportun de conduire une étude
complémentaire afin de répondre aux questionnements ci- dessus avant de multiplier les expériences (solutions techniques alternatives ou hybrides ?).
- Si le projet d’équipement s’accompagne o D’une surveillance (obligatoire dans le cadre d’une
baignade aménagée). o D’un projet d’animation local et sportif.
Très élevé
§ 3 – le recours à un bassin « en dur » s’il est adossé à un projet économique viable et si des données financières de fonctionnement sont budgétées par la collectivité propriétaire.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 8/100
Thème Constats/objectifs Actions potentielles à mettre en oeuvre Niveau
de priorité
Dojos
La dotation est inférieure à la moyenne nationale alors la dynamique des arts martiaux est bonne et que l’offre est légèrement supérieure à la moyenne nationale. Certains clubs ne disposent pas d’équipements spécifiques. Il n’existe pas d’équipement spécifique pour accueillir des compétitions ou stages d’envergures (type dojo régional).
§ Les besoins semblent porter prioritairement sur un équipement pouvant recevoir des animations et des compétitions. 2 axes de réflexions :
- La construction d’un dojo pouvant accueillir des compétitions (3 à 4 surfaces).
- La priorisation d’une salle multisport (idéalement avec parquet flottant avec un cerclage amovible) pour l’organisation des compétitions (solution transitoire).
Elevé
§ Il pourrait être opportun d’achever le maillage territorial, certains clubs ne disposent pas d’équipements spécifiques. Cela est conditionné à la dynamique et aux projets des clubs.
- Cette stratégie peut permettre de libérer des créneaux dans des salles polyvalentes pour le bénéfice du plus grand nombre.
- Ces salles (si elles sont accessibles) peuvent être partagées avec d’autres publics ou activités (scolaires, gym d’entretien,…)
Médian
Équipements d’athlétisme
La Martinique est quantitativement mieux dotée que le territoire national et le maillage est bon.
La dynamique autour de la discipline est supérieure à la moyenne nationale.
Un travail sur l’homologabilité des stades existants pour l’accueil de plus de 3000 spectateurs (et non de nouvelles constructions) est à conduire. Il conviendrait qu’au moins 1 stade puisse accueillir cette jauge de spectateurs.
Médian
Si des demandes s’expriment, elles semblent ponctuelles et plutôt orientées vers :
- Des pistes isolées. - L’éclairage de certaines pistes reste encore à compléter.
La réfection de certaines surfaces.
Médian
Thème Constats/objectifs Actions potentielles à mettre en oeuvre Niveau
de priorité
Plateaux d’EPS et terrains extérieurs de jeux collectifs
Au global (plateaux EPS et terrains extérieurs de petits jeux collectifs), la Martinique est mieux dotée que le territoire national. Cette sur-dotation vient compenser la sous-dotation observée au niveau des salles multisports (quantitativement, mais pas qualitativement).
Le maillage territorial est bon. Le climat avec un ensoleillement important et des pluies très fréquentes rend les pratiques extérieures difficiles (élévation de température, sol glissant,…)
La problématique des plateaux extérieurs est à prendre en compte avec celle des gymnases.
Les besoins en équipements multisports sont exprimés aussi bien par les scolaires que par les ligues (entraînement et compétition).
§ Il est préconisé que la couverture des plateaux soit une priorité pour bénéficier au plus grand nombre (scolaire/clubs) et pour compenser le déficit de salles multisports.
§ Quelques pistes préalables :
- Conduire une étude technique pour définir un guide des bonnes pratiques de la couverture des plateaux sportifs dans les Caraïbes (contraintes techniques, de matériaux,…).
o Référencer des entreprises locales ayant les compétences pour conduire les chantiers.
o Potentiellement exporter les concepts techniques et les savoir-faire à d’autres territoires.
- S’assurer que certaines contraintes techniques soient proches de celles des salles : nature des sols, vestiaires, sanitaires, règlements fédéraux, …
- Prioriser les projets accessibles aux scolaires et clubs sportifs.
Très élevé
Salles multisports
La Martinique est moins bien dotée que le territoire national (4 fois moins).
L’offre cumulée (badminton, basket-ball, handball, volley-ball) est proche de la moyenne nationale (clubs et licences).
Des territoires sont pas ou peu couverts en salles multisports (Nord, Nord Est et Sud Est).
Une partie des salles multisports sont la propriété du Conseil régional et Conseil général dans des établissements scolaires pour lesquels il n’existe pas une véritable visibilité des usages en soirée, les week-ends et les vacances.
La couverture de qualité de terrains extérieurs serait une opportunité de prendre en compte ces demandes (avec des conditions techniques répondant aux règles fédérales et proximité des établissements scolaires).
Très élevé
Un travail spécifique sur le partage des équipements scolaires intramuros devrait être conduit pour optimiser les usages.
- Aménager techniquement l’accessibilité aux clubs (de façon sécurisée) est plus simple, plus rapide et moins onéreux que de nouvelles constructions.
- L’apparition de la collectivité unique devrait faciliter ce travail (dialogue avec les établissements sur les modalités d’accès, prise en charge des coûts de fonctionnement…).
Très élevé
Thème Constats/objectifs Actions potentielles à mettre en oeuvre Niveau
de priorité
Terrains de grands jeux (football et rugby)
La Martinique est moins bien dotée la moyenne nationale, mais le nombre de clubs et de licences est également un peu moins élevé que la moyenne.
Le football reste le premier sport en Martinique en nombre de clubs et de licences.
Presque toutes les communes de la Martinique disposent d’un terrain de grands jeux. La pratique du football est en baisse (à l’image du niveau national) depuis 2008. Le territoire apparaît doté en « grands stades », mais aucun ne dispose de l’homologation pour accueillir plus de 3 000 spectateurs.
Un travail sur l’homologabilité des stades existants pour l’accueil de plus de 3000 spectateurs (et non de nouvelles constructions). Compte tenu de l’importance de l’activité football sur le territoire, il pourrait exister une structure homologuée sur chaque territoire (Nord Caraïbe, Nord Atlantique, Centre et Sud). A titre d’exemple les stades prioritaires pourraient être les suivants : St Marie, St Pierre, Rivière Pilote, Fort de-France et Lamentin.
Elevé
§ Sont-elles techniquement adaptées au climat du territoire ?
§ La modification des surfaces ne risque-t-elle pas de faire « exploser » le nombre de projets … et les budgets ?
Médian
Prioriser les travaux d’éclairage et de vestiaires sur ces équipements. Médian
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 11/100
Thème Constats/objectifs Actions potentielles à mettre en oeuvre Niveau
de priorité
Les sports de nature « Terre »
Les sports de nature « Terre » présentent un gros potentiel de développement sur le territoire.
Les professionnels (fédérations sportives ou opérateurs marchands) estiment disposer des compétences pour le développement des activités et des équipements
Cependant les opérateurs rencontrent des difficultés. Les activités telles que la randonnée pédestre et le VTT, le canyoning, l’escalade font face à des conflits d’usages (propriétés privées) :
- Lourdeur des démarches administratives.
- Lenteur dans l’obtention des autorisations d’usage.
- Sentiment d’être esseulé vis-à-vis de ces procédures.
Il existe également une problématique d’entretien des sites par un manque de moyens et de coordination.
L’axe prioritaire de travail apparaît être la mise en place de la CRESI (Commission régionale des espaces, des sentiers et des itinéraires). Cette création est prévue dans le projet de politique sportive du Conseil régional. La collectivité unique pourrait être un véritable chef de file dans ces problématiques
§ Mobiliser les acteurs locaux des sports de nature (atour des 3 thématiques « terre », « mer », « air »)
§ Jouer le rôle d’observatoire des sites et des pratiques. § Appuyer les acteurs associatifs dans leur démarche de développement à
destination des actions de tourismes (couplé à des parcours culturels, patrimoniaux et scénographiques) ou de démocratisation de leur activité vers le plus grand nombre.
§ Organiser, promouvoir et diffuser l’offre de pratiques sportives de nature. § Encourager les manifestations sportives et les pratiques locales. § Proposer la mise en place de label pour les communes ou les opérateurs :
« Station Sports Nature », « Station verte », « Eco Manifestations Sportives »…
Très élevé
Il apparaitrait également opportun de soutenir la création de parcours sport/santé :
§ Chaque territoire pourrait disposer d’un équipement de proximité qui favorise la pratique sportive régulière et qui soit accessible.
§ La priorisation de ces équipements apparaît également subordonnée à la création d’un projet d’animation local au-delà de la seule pratique libre (séances d’initiation sportive, programme d’accompagnement sport-santé,…).
Très élevé
Le développement des sites permettant les activités « beach » pourrait être un nouveau levier de développement des pratiques :
§ Les aménagements d’espaces sportifs de plage (en bordure de plage ou à l’intérieur des terres) sont rapides et sont à moindre coût d’investissement et de fonctionnement
§ Ces équipements contribuent à l’animation des sites et facilitent l’accès à la pratique libre d’une activité sportive pour les insulaires et les touristes.
§ De nouvelles pratiques encadrées peuvent voir le jour si le mouvement sportif s’empare de l’opportunité.
Elevé
Thème Constats/objectifs Actions potentielles à mettre en oeuvre Niveau
de priorité
Les sports de nature « Eau»
Une offre d’équipements principalement constituée des sites de plongées (114 sur les 198 installations recensées). 17 bases nautiques dont (dont 9 sont des établissements commerciaux) pour lesquelles les activités principales sont : le canoë-kayak, la planche à voile, l’aviron, le wave ski, la voile) . Un nombre important d’opérateurs notamment en plongée, voile et motonautisme. Une offre constituée pour plus de 50% des opérateurs commerciaux.
Un axe transversal (à l’image des activités « terre » émerge.
§ Il apparaitrait opportun de développer un volet complémentaire « activités mer » à la CRESI pour disposer :
- Un recensement des activités et de leurs complémentarités.
- D’une stratégie de communication commune à l’échelle du territoire.
§ La formation des professionnels semble également à développer :
- Pour l’accompagnement à la création de produits orienté vers les activités touristiques.
- Pour le marketing et la communication des activités.
§ Des activités spécifiques pourraient être développées comme la randonnée avec palmes et tuba ou snorkeling. Cette activité est très facile avec des équipements personnels de faible coût.
Elevé
§ Le développement des activités et des sports de nature nautiques par les associations passe par l’appui à ces structures en matière d’investissement. Ce soutien devrait être subordonné à la création d’un projet de développement structuré et phasé.
Médian
§ Pour les bases nautiques de propriété publique, une stratégie de regroupement pourrait être envisagée (sous la forme d’un EPCI ou d’une SPL). Cela permettrait de :
- Disposer d’un projet de territoire à l’échelle des équipements publics.
- Mutualiser des moyens (humains, matériels, financiers) et des stratégies (positionnement des sites, complémentarités des offres).
- Poursuivre un partenariat avec les clubs et leurs actions fédérales.
- Mobiliser des moyens pour entretiens et la maintenance des sites.
Médian
Thème Constats/objectifs Actions potentielles à mettre en oeuvre Niveau
de priorité
Les sports de nature « Air»
12 opérateurs associatifs sont recensés (3 en aéronautique, 6 en vol libre, 3 en aéromodélisme). 11 opérateurs marchands sont recensés (5 en aéronautique, 6 en vol libre).
Le développement de l’activité de Kite-surf (FF Vol Libre) est principalement porté par les opérateurs privés
Les activités « air » sont portées pour partie par le secteur marchand qui s’auto-organise.
Ces pratiques sont plus confidentielles que les activités « terre » et « eau » qui sont prisées par un large public. Elles revêtent donc un caractère moins stratégique.
§ Créer une commission sports de nature « air » au sein de la CRESI.
§ Compléter les données du RES qui ne recense pas d’équipement (des aires de décollage et d’atterrissage ainsi que des pistes d’aérodrome).
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 14/100
3. Contexte
CHIFFRES CLES
GEOGRAPHIQUE ET CLIMATIQUE
§ La Martinique est à la fois région d'outre-mer, département d'outre-mer (code départemental 972), région ultrapériphérique européenne située dans les Caraïbes et un Département Français d'Amérique (DFA). Elle fait partie des Antilles françaises
§ Elle est composée de : - 1 Conseil régional et 1 Conseil général qui fusionneront en 2015 pour donner une collectivité unique - 34 communes. - 3 ECPI.
§ une densité de 348 hab/km2 (3,4 fois supérieure à la moyenne nationale). § Le climat :
- Les températures varient peu au cours de l’année (3 à 4 degrés d’écart en moyenne entre les mois de février et d’août). - Les quantités d’eau tombées en Martinique se situent en moyenne entre 1 500 mm/m² et 6 000 mm/m². Pour comparaison,
les zones les plus pluvieuses en Métropole comptent en moyenne un peu moins de 2 000 mm de pluie par m² et par an.
SOCIODEMOGRAPHIQUE
§ 392 311 habitants. § Les densités de la population sont plus particulièrement élevées sur les bordures côtières, les secteurs du centre et du sud de
l’ile. § La population croît moins rapidement qu’au niveau national. L’évolution de la population est de 2,9% (contre 8% pour le
territoire national) entre 1999 et 2011. Le nord de l’ile voit sa population décroitre. § Le territoire peut être qualifié de jeune : les moins de 30 ans représentent 36,7% (36,9 au plan national) de la population
martiniquaise quand les plus de 60 ans en représentent 21,5% (23,2 au plan national). Mais cette tendance va rapidement s’inverser dans les 20 années à venir.
§ La part de moins de 20 ans (27,5 contre 24,9 au plan national) est plus élevée dans le sud, le centre et la partie atlantique de l’ile.
§ A l’inverse la part des plus de 60 ans est plus élevée dans le nord du territoire. § Les projections à l’horizon 2040 montrent :
- Une croissance de la population de 7,9 % par rapport à 2011 (423 500 habitants). - Un vieillissement marqué qui sera supérieur à la moyenne nationale (les moins de 20 ans représenteraient 20,8% de la
population (contre 22,6% au niveau national) et les plus de 60 ans en représenteraient 39,7% (contre 30,9% au niveau national).
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 15/100
CHIFFRES CLES
§ L'économie de la Martinique est basée essentiellement sur le raffinage pétrolier, l'agriculture /agroalimentaire (banane, rhum), la pêche, l'aquaculture et le tourisme.
§ Le PIB par habitant est de 21 131 € (30 634 € en métropole). § Le poids du tourisme est un véritable enjeu, il représente 10% du PIB de la Martinique (donc 4% pour le tourisme
international). § La capacité fiscale des collectivités (EPCI et communes) est faible. § Le territoire dispose d’une situation économique difficile :
- Le revenu médian de la population est moins élevé de 45% que celui de la moyenne nationale (12 637 € contre 18 335 €). - Le chômage est plus élevé que la moyenne nationale (18,5% contre 9,3%) (Chiffre INSEE). - Plus de 41 000 personnes sont bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active), soit environ 10% de la population (contre
3,4% au niveau national).
SCOLAIRES
§ Les chiffres des établissements : - 253 établissements du 1er degré et 82 du 2ème degré. - 41 234 élèves dans le 1er degré et 41 553 dans le second degré.
§ Les effectifs scolaires sont en baisse constante depuis 10 ans à l’image de l’évolution démographique. § Cependant, le taux de scolarisation reste plus élevé que la moyenne nationale, notamment en collèges et lycées.
SANTE
§ Les indicateurs en matière de santé à la Martinique sont plus particulièrement négatifs en matière de maladies cardiovasculaires. Elles sont la première cause de mortalité, 25 à 35% de la population est hypertendue, 8 à 10% de diabétiques soit le plus du double de la métropole, 26% de la population adulte est en surpoids.
§ Les activités physiques sont l’un des moyens de prévention et d’amélioration de ces affections.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 16/100
CHIFFRES CLES
§ Le Conseil régional et le Conseil général interviennent complémentairement sur les mêmes leviers (soutien au mouvement fédéral (déplacements, manifestations, équipements, projets d’animation), soutien aux sportifs de haut niveau, aides aux communes pour les équipements.
§ Le plan d’action de la politique régionale (voté en février 2014), est un outil de lisibilité et d’action pour la future collectivité unique.
o Axe 1 : Le sport pour répondre aux enjeux sociétaux de la Martinique. o Axe 2 : Accompagner les acteurs du sport de la Martinique. o Axe 3 : Des équipements pour le sport en Martinique.
§ Les 3 agglomérations de la Martinique disposent de la compétence optionnelle sur la création et la gestion des équipements
sportifs d’intérêt communautaire. Mais ces compétences restent encore limitées : o CAP Nord dispose statutairement de la compétence, mais ne l’exerce pas à ce jour. o La CACEM exploite la piscine du Lamentin. o La CA du Sud Martinique exerce une compétence pour la construction et la gestion de piscine (exemple : projet en
cours de St Esprit.
LES PROBLEMATIQUES DU TERRITOIRE EN LIEN AVEC LE DTA
L’objectif principal du DTA est de faire émerger des propositions opérationnelles pour l’élaboration d’un schéma directeur des équipements (pour cela l’offre et la demande sportive ainsi que les équipements sont questionnés). Le contexte permet de poser certaines pistes de réflexion.
Dans le cadre de l’élaboration du schéma directeur, il conviendra de prendre en compte :
§ Le vieillissement de la population à moyen terme qui se combine aux enjeux de santé publique. La pratique d’une activité physique et sportive améliore la qualité de vie, l’autonomie et prévient les affections cardiovasculaires. Les enjeux pour ces populations sont de favoriser l’accessibilité aux activités physiques par des équipements et une offre de proximité, une promotion de l’offre, un travail en complémentarité des acteurs de santé et des techniciens du sport.
§ Le taux de jeunes scolarisé est plus important que la moyenne nationale (même si la tendance est en baisse), l’éducation aux APS passe également par une offre en équipements accessibles et fonctionnels aux pratiques scolaires.
§ Le nombre de personnes bénéficiaires du RSA est 2,8 fois plus élevé que la moyenne nationale. Les activités physiques et sportives peuvent être considérées comme l’un des leviers d’inclusion sociale, notamment pour les populations les plus éloignées des pratiques.
§ Les moyens financiers des collectivités porteuses des projets d’équipements (ainsi que celles des co-financeurs Etat/Région/Département) sont très limités (et seront encore plus contraintes à l’avenir). Il convient de définir une stratégie optimale des investissements pour que le territoire puisse compenser (au moins pour partie) son retard en équipements et qu’ils profitent au plus grand nombre.
§ Le rôle croissant des EPCI est à prendre en compte, notamment dans une logique d’équipements sportifs structurants du territoire. Les notions d’intérêt communautaire des équipements et de définition de la ligne de partage de la compétence entre l’EPCI et les communes sont au cœur des réflexions.
§ La Martinique présente un cadre remarquable pour les activités de nature (terre, air, mer). L’animation du territoire pour par les activités sportives de nature serait un atout pour :
- Développer une offre locale et de proximité à la population (sport-santé-prévention).
- Développer une offre touristique renforçant l’attractivité du territoire.
La réflexion de l’aménagement des sites de nature pour le développement d’une offre structurée doit être posée.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 18/100
3.2. L’évolution de la population par commune (1999 – 2010) Carte 1: Répartition de l'évolution de la population par commune REPERES
Evolution de la population (1999 - 2011)
Territoires Evolution
Martinique 2,9%
Réunion 17,3%
Eure-et-Loir 1,2%
France 8,0%
La population de la Martinique a augmenté de près de 3% en une décennie quand la population française a elle augmenté de 8% et la population réunionnaise de près de 17%.
Si la population globale n’a que très peu augmenté, d’importantes différences sont observées entre les communes : la partie Nord de l’île semble être désertée progressivement au profit du Centre et du Sud de l’île.
A noter qu’entre 2006 et 2011, la population a en moyenne, diminué de -0,3% par an. Cette diminution annuelle est due en grande partie au solde apparent des entrées sorties (-0,9% par an en moyenne).
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 19/100
3.3. La répartition de la population par âge Carte 2: Répartition de l'indice de jeunesse par commune (part des moins de 20 ans)
REPERES
Martinique 27,5%
Réunion 34,1%
Eure-et-Loir 25,6%
France 24,9%
La part des moins de 20 ans en Martinique est supérieure à celle observée au niveau national (+2,6%).
è Une population sensiblement plus jeune
La population « jeune » semble être davantage située sur la côte Est et dans le Sud de l’île.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 20/100
Figure 1: Evolution de la population par tranche d'âge entre 2006 et 2011
Entre 2006 et 2011, les différentes tranches d’âge composant la population martiniquaise n’ont pas évolué de la même manière.
Ainsi, les 0-14 ans, les 15-29 ans et les 30-44 ans ont vu leurs effectifs diminués fortement, notamment au regard des évolutions nationales.
A l’inverse, les 45-59 ans, les 60-74 ans et les plus de 75 ans ont fortement augmenté dans le même temps. Ces pourcentages d’évolution sont supérieurs à ceux observés au niveau national.
Si la population martiniquaise semble aujourd’hui sensiblement plus jeune que celle du territoire national, cette tendance pourrait être amenée à changer dans les années à venir avec la diminution des tranches d’âges les plus jeunes associée à l’augmentation importante des tranches d’âges les plus élevées.
-9,2% -6,8%
-20%
-15%
-10%
-5%
0%
5%
10%
15%
20%
25%
0 à 14 ans 15 à 29 ans 30 à 44 ans 45 à 59 ans 60 à 74 ans 75 ans ou plus
Martinique France
3.4. Les établissements scolaires Tableau 1: Nombre d’établissements scolaires 2013/2014
1er degré 2012/2013 2013/2014 2ème degré 2012/2013 2013/2014
Public 237 237 Public 66 66 Maternelles 70 71 Collèges 43 43
Elémentaires 167 166
Privé 15 16 Privé 14 16
Maternelles 2 3 Collèges 6 6
Elémentaires 13 13
et spéciales Lycées généraux et tech. 6 8
Total 1er degré 252 253 Total 2ème degré 80 82 Tableau 2: Nombre des effectifs scolaires 2013/2014
1er degré 2012/2013 2013/2014 2ème degré 2012/2013 2013/2014
Public 38 864 37 902 Public 37 521 36 975 Préélémentaire 14 751 14 366 Premier cycle 20 861 20 638
CP-CM2 23 779 23 189 dont SEGPA 1 036 1 010
CLIS 334 347 Second cycle professionnel 6 269 5 950
Privé 3 375 3 332 Second cycle général et technologique 10 391 10 387
Préélémentaire 1 047 1 054 Privé (sous contrat) 4 513 4 578
CP-CM2 2 328 2 278 Premier cycle 2 134 2 112
Total 1er degré 42 239 41 234 SEGPA 5 10
Second cycle professionnel 452 444
Second cycle général et technologique 1 922 2 012
Total 2ème degré 42 034 41 553
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 22/100
Figure 2: Evolution des effectifs du 1er degré (Source : Rectorat)
Figure 3: Evolution des effectifs du 2ème degré (Source Rectorat)
§ Les effectifs scolaires sont en baisse constante depuis 10 ans à l’image de l’évolution démographique.
§ Cependant, le taux de scolarisation reste plus élevé que la moyenne nationale, notamment en collèges et lycées.
Taux d’établissements scolaires et d’élèves pour 10 000 habitants
Territoire Primaires Collèges Lycées
Martinique 6,3 1030,8 1,2 568,45 0,7 469,8
La Réunion 6,4 1452,6 1,0 755,8 0,6 487,0 Eure et Loir 9,1 1097,0 1,2 496,0 0,5 276,0
France 8,4 1033,7 1,1 498,6 0,7 330,6
REPÈRES
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 23/100
4. L’offre sportive du territoire 4.1. Chiffres clés et synthèse
CHIFFRES CLES
LES CLUBS SPORTIFS ET LES LICENCES
Le territoire accuse un retard en matière d’offre et de pratique sportive en club : § La Martinique se classe en 22ème position des régions (817 clubs affiliés) pour son taux de clubs pour 10 000 habitants (21,1
pour 10 000 hab), alors que la moyenne nationale est de 24,6. § La Martinique a un faible taux de licences (25ème région, 64 000 licences, 16,57 licences/10 000 hab) avec un écart de
8,5 points avec la moyenne nationale (même si le taux de licences augmente légèrement depuis 2006 par rapport à la population).
§ Le nombre de clubs diminue légèrement depuis 2006. § Les sports les plus représentés (en offre et pratique) sont :
- L’athlétisme. - L’aviron. - Le cyclisme. - La gymnastique. - Le football
- Le handball. - Le judo. - La natation. - Le volleyball. - La voile
§ Il apparaît un déséquilibre dans l’offre territoriale (nombre de clubs). Le sud-est et le nord apparaissent moins dotés. Il en est de même sur la réparation des licences par commune (nord et centre disposent de moins de licences).
§ Certaines tranches d’âges sont sous représentées dans les licences sportives (20-45 ans et plus de 60 ans), or, ce sont des publics cibles dans la prévention et la lutte contre la sédentarité.
§ Un sport de haut niveau structuré pour la taille du territoire (15 pôles qui accueillent 250 sportifs). Les athlètes accèdent aux compétitions nationales, mais également caribéennes.
L’ANIMATION TERRITORIALE DES
COMMUNES
§ 70% des 20 communes ayant répondu proposent une animation sportive territoriale (directe ou indirecte) par des écoles de sport, des vacances sportives et des interventions dans les communes.
§ Pour les communes : - Les principaux freins au fonctionnement des associations sont le manque de bénévoles et les moyens financiers (la
disponibilité et la fonctionnalité des équipements arrivent en 6ème et 7ème positions). - Les difficultés des établissements scolaires sont à la fois liées au manque d’équipements et de disponibilité (pour
certains l’éloignement), ainsi que le manque de matériel pédagogique. - De manière générale, les communes pointent le manque d’équipements, la vétusté, ainsi que la capacité à les
entretenir. - Leurs axes politiques prioritaires sont la construction et la réhabilitation des équipements, l’animation sportive de
proximité, le soutien aux associations et les actions sport-santé.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 24/100
CHIFFRES CLES
L’OFFRE SPORTIVE PERÇUE PAR LES LIGUES
§ En dehors de l’offre sportive traditionnelle orientée vers l’initiation, la formation et la compétition sportive, les ligues interrogées déclarent développer des actions vers des publics spécifiques : petites enfances, féminines, seniors (à l’image des axes prioritaires du CNDS).
§ Plusieurs ligues (handball, volley, tennis,…) développent également des activités beach. Elles considèrent que c’est une opportunité pour proposer une offre de proximité et d’animation du territoire (cette analyse est rejointe par une étude de la DRJS qui recense les sites potentiels pouvant être aménagés pour une pratique de beach).
§ L’idée émerge de constituer des « packs » sport-tourisme … cependant les clubs semblent loin de ces préoccupations. Il apparaît des difficultés entre l’idée, le projet, l’envie et une mise en œuvre opérationnelle. Les ligues apparaissent limitées dans leurs moyens, leurs compétences pour développer ces types de « produits ».
L’ANALYSE D’UN ECHANTILLON DE
STRUCTURES SPORTIVES
§ Une enquête a été conduite auprès des clubs sportifs. Le taux de réponses représente 10% des effectifs. Les points clés de l’organisation et la structuration :
- Des petites équipes de dirigeants (moins de 6 dirigeants pour 68% des répondants). Le recrutement et l’investissement des bénévoles sont d’ailleurs la principale difficulté repérée par les clubs (30%).
- 67% des répondants ont une politique tarifaire qui tient compte de la situation familiale ou des conditions sociales. - Le secteur reste peu professionnalisé (73% ne disposent pas de salariés). Le temps de travail reste très partiel à
l’image du secteur. - L’offre proposée est traditionnelle (compétition-loisirs). Les clubs rencontrant déjà des difficultés pour leur
fonctionnement courant, ils ne sont pas (ou rarement) dans une logique de projet et de développement. § Les principales difficultés rencontrées sont :
- Des difficultés à recruter de nouveaux bénévoles, que ce soit pour gérer l’association ou pour encadrer les adhérents (64%).
- Un manque de moyens financiers (65% des dirigeants l’expriment « fortement ») associé à un manque de soutien des partenaires publics (70%).
- Des problématiques au sein des équipements sportifs en termes de disponibilité (50%) et du manque de conformité des installations.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 25/100
LES PROBLEMATIQUES DE L’OFFRE
L’analyse de l’offre soulève des questionnements et des réflexions pour faire évoluer sportivement le territoire.
§ Le taux de licences inférieur à la moyenne nationale (-10 points), croisé aux problématiques de santé (surpoids, affections cardiovasculaires) et du vieillissement de la population, montre qu’il existe un enjeu fort pour « mettre à la pratique sportive » la population martiniquaise.
§ Au-delà des freins rencontrés (moins de clubs sportifs que la moyenne nationale, petites structures associatives, difficultés des ligues à concevoir et porter un projet territorial opérationnel, manque d’équipements sportifs, …) il apparaît nécessaire de développer une offre de proximité. Cela passe notamment par :
- Une offre d’équipements de proximité (équipements de nature aménagée, équipements traditionnels, équipements extérieurs « hors eau – hors pluie » éclairé).
- Une nouvelle offre et disponibilité d’équipements doit être accompagnée d’un volet animation nécessitant un projet sportif local, des moyens d’animation et d’encadrement, ainsi qu’une montée en compétence des opérateurs sportifs.
- Une nouvelle culture et un goût de la pratique des activités physiques. La seule création et mise à disposition d’équipements en pratique libre ne semble pas suffisante.
§ Il est à noter que si la pratique du haut niveau est présente sur le territoire, elle semble organisée et structurée. Les acteurs interrogés s’expriment peu sur cette problématique même si elle revêt des enjeux d’images et de promotion du territoire. Cet axe apparait moins prioritaire au regard des autres problématiques.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 26/100
4.2. Les chiffres clés des clubs et des licences
Figure 4 : Nombre de clubs par région en 2013
La Martinique se classe en 22ème position des régions (sur 26) pour son taux de clubs pour 10 000 habitants (21,1 pour 10 000 hab), alors que la moyenne nationale est de 24,6 Figure 5 : Nombre de licences par région
817  
0   5  000   10  000   15  000   20  000   25  000  
GUYANE   MARTINIQUE  
CORSE   GUADELOUPE  
REUNION   LIMOUSIN  
MIDI-­PYRENEES   AQUITAINE  
RHONE-­ALPES   ILE-­DE-­FRANCE  
64  058  
0   500  000   1  000  000  1  500  000  2  000  000  2  500  000  
GUYANE   CORSE  
MARTINIQUE   GUADELOUPE  
REUNION   LIMOUSIN  
PICARDIE   ALSACE  
Non  réparH  par  département  et  par   PROVENCE-­ALPES-­COTE-­D'AZUR  
RHONE-­ALPES   ILE-­DE-­FRANCE  
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 27/100
Figure 6 : Taux de clubs pour 10 000 habitants en 2013
Figure 7 : Taux de licences pour 100 habitants
21,1  
0   5   10   15   20   25   30   35   40   45  
GUYANE  
GUYANE   MARTINIQUE   GUADELOUPE  
HAUTE-­NORMANDIE   NORD-­PAS-­DE-­CALAIS  
BOURGOGNE   LORRAINE  
BASSE-­NORMANDIE   POITOU-­CHARENTES  
Figure 8 : Répartition des licences par fédération en Martinique
§ Le nombre de licences a diminué très significativement 2007 et 2012.
§ Les politiques territoriales ont permis d’inverser la tendance (actions promotionnelles, aides à la licence,…) avec un gain d’environ 2 200 licences.
Figure 9 : Evolution des licences entre 2001 et 2013 (hors licences USEP)
§ Il est à noter que les licences de l’USEP ne sont renseignées que depuis 2013 et portent ainsi le nombre de licences à 64 000 licences.
0
1000
2000
3000
4000
5000
6000
7000
8000
9000
10000
4.2.1. Répartition des clubs sportifs affiliés sur le territoire
Carte 3: Taux de clubs affiliés pour 10 000 habitants
Nombre de clubs affiliés
Martinique 817 21,1
Guadeloupe 952 23,4
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 30/100
4.2.2. Réparation des licences par tranches d’âges
Figure 10 : Taux de licences par tranches d'âge Figure 11 : Répartition des licences par tranches d'âges
1,6%
24,7%
49,0%
28,8%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
80%
0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15-19 ans 20-29 ans 30-44 ans 45-59 ans 60-74 ans 75-99 ans Martinique France
1%
13%
28%
17%
9%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15-19 ans 20-29 ans 30-44 ans 45-59 ans 60-74 ans 75-99 ans
Martinique France
§ Le ratio de licences de plus de 60 ans est inférieur à la moyenne nationale bien que cette population soit en forte augmentation et supérieure à la moyenne nationale.
§ Comme au niveau national, les licences des fédérations agréées portent principalement sur les tranches d’âges 5-19 ans.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 31/100
4.2.3. Répartition des licences sportives affiliées sur le territoire (sur 70 fédérations) Carte 4: Taux de licences pour 10 000 habitants
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 32/100
5. L’offre en équipements sportifs sur le territoire 5.1. Chiffres clés et synthèse
CHIFFRES CLES
DOTATION GLOBALE
§ 1 249 équipements sportifs : - 284 équipements « sports de nature » - 965 équipements « hors sports de nature »
§ Avec 24,7 équipements « hors sports de nature » pour 10 000 habitants, la Martinique est moins bien dotée que le territoire national (40,6).
§ Toutes les communes du territoire disposent d’au moins 1 équipement sportif sur leur territoire. § La CA du Pays Nord Martinique Martinique semble mieux dotée que les 2 autres EPCI, cela s’explique notamment en raison
du moins grand nombre d’habitants. § 24 familles d’équipements différentes. Les 5 familles les plus représentées sont :
- Les sites d’activités aquatiques et nautiques (198 – 15,8%) - Les terrains de grands jeux (190 – 15,2%) - Les plateaux EPS (151 – 12,1%) - Les terrains extérieurs de petits jeux collectifs (145 – 11,6%) - Les courts de tennis (98 – 7,8%)
MOUVEMENT SPORTIF 2011-2012
§ 48 691 habitants de la Martinique disposaient d’une licence auprès de l’une des 89 fédérations agréées en 2011/2012. § 1 235,3 habitants licenciés pour 10 000 habitants contre 1 951,7 au niveau national. § Fédérations regroupant le plus grand nombre de licenciés :
- FF de Football - FF de Handball. - FF de Judo. - FF de Tennis. - FF de Natation
CARACTERISTIQUES § 68% des équipements sportifs (hors sports de nature) appartiennent à des communes, contre 75% au niveau national. § Peu d’équipements sportifs appartiennent aux EPCI. § 87% des équipements appartiennent à des propriétaires publics.
PROJETS
§ 46 projets de construction – principaux équipements : - Les salles multisports - Les terrains de football en herbe - Les dojos - Les parcours sportifs/santé - Les bassins de natation
§ 29 projets de réhabilitation – principaux équipements :
- Les terrains de football en herbe - Les plateaux EPS - Les salles multisports
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 33/100
AXES DE REFLEXION
Compte tenu des éléments de contexte et des données macroscopiques sur l’offre et les équipements sportifs il apparaitrait opportun : § De relancer le dispositif Saphyr (Santé par l’Activité PHYsique Régulière) pour répondre aux problématiques de santé ((Dispositif d’accompagnement
vers la pratique d’une activité physique régulière. Il intervient soit à la demande des professionnels de santé soit à la demande directe du public). § De soutenir le développement d’une offre d’équipement (plateaux sportifs, parcours sportifs,…) et d’animation de proximité pour
favoriser le développement de la pratique d’activités physiques et sportives. § D’engager un travail spécifique sur le partage des équipements scolaires intramuros devrait être conduit pour optimiser les usages.
- Aménager techniquement l’accessibilité aux clubs (accès, vestiaires, stokages,…) est plus simple, plus rapide et moins onéreux que de nouvelles constructions.
- L’apparition de la collectivité unique devrait faciliter ce travail (dialogue avec les établissements sur les modalités d’accès, prise en charge des coûts de fonctionnement…).
§ De mettre en place avec les ligues des conventions d’objectifs pluriannuelles adossées à un projet de développement territorial opérationnel (Cette
action est prévue dans le projet de politique sportive du Conseil régional). Pour que cela soit fonctionnel, il conviendrait d’accompagner les ligues dans la construction de leur projet de développement (stratégie, méthodologie, outils de mise en œuvre et de suivi).
§ D’encourager les EPCI à (ré)interroger la compétence sport et la notion d’intérêt communautaire suivant 4 axes (les équipements sportifs, les clubs sportifs, les manifestations, l’animation locale) afin de définir une stratégie territoriale et sortir d’une logique de compétence construite « pas à pas » (c’est à dire par petit bout et ne répondant pas nécessairement à une cohérence ou stratégie générale) à une exemple : la prise de compétence sur une seule piscine et non sur l’ensemble des piscines du territoire).
§ Concernant le soutien financier aux équipements sportifs :
- Intégrer le service des sports de la future collectivité unique dans l’instruction des dossiers de subvention aux équipements sportifs. - Des conventions de développement à l’échelle de chaque EPCI pourraient permettre de prioriser des choix sur chacun des territoires.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 34/100
5.2. Répartition des équipements sportifs par famille d’équipements
§ La Martinique dispose d’une grande diversité d’équipements sportifs sur le territoire. En effet, 24 familles d’équipements sportifs sont répertoriées sur le territoire.
Tableau 3: Equipements sportifs par famille sur le territoire
Famille d'équipements Nombre Taux pour 10 000 hab.
Site d'activités aquatiques et nautiques 198 5,07
Terrain de grands jeux 190 4,87
Plateau EPS 151 3,87
Court de tennis 98 2,51
Equipement d'athlétisme 88 2,25
Salle non spécialisée 48 1,23
Salle multisports 27 0,69
Salle ou terrain spécialisé 23 0,59
Salle de combat 21 0,54
Bassin de natation 20 0,51
Pas de tir 13 0,33
Parcours sportif/santé 9 0,23
Mur et fronton 6 0,15
Equipement équestre 5 0,13
Equipement de cyclisme 2 0,05
Circuit/piste de sports mécaniques 1 0,03
Parcours de golf 1 0,03
Plaine de jeux 1 0,03
Site de modélisme 1 0,03
Total 1 249 32,00
§ Les 5 familles d’équipements les mieux représentées sur le territoire sont : - Les sites d’activités aquatiques et nautiques (15,8%).
- Les terrains de grands jeux (15,2%). - Les plateaux EPS (12,1%). - Les terrains extérieurs de petits jeux collectifs
(11,6%). - Les courts de tennis (7,8%).
§ Ces 5 familles d’équipements regroupent près de 63% de l’ensemble des équipements présents sur le territoire.
§ Au niveau national, les équipements les plus nombreux sont les terrains de grands jeux, les « divers équipements sports de nature1 », les courts de tennis, les boulodromes et les plateaux EPS.
1 Boucles de randonnées, canyons, parcours de chasse, refuges de montagne, sites de char à voile, site d’escalade en falaise, via ferrata, ….
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 35/100
¾ Equipements pour lesquels la Martinique possède une dotation pour 10 000
habitants significativement supérieure à la moyenne nationale : § Sites d’activités aquatiques et nautiques (+3,29 pour 10 000 hab.). § Les terrains extérieurs de petits jeux collectifs (+1,32 pour 10 000 hab.). § Les équipements d’athlétisme (+0,84 pour 10 000 hab.). § Les plateaux EPS (+0,64 pour 10 000 hab.).
¾ Equipements pour lesquels la Martinique possède une dotation pour 10 000
habitants significativement inférieure à la moyenne nationale :
§ Les divers équipements sports de nature (-4,16 pour 10 000 hab.).
§ Les courts de tennis (-3,83 pour 10 000 hab.).
§ Les boulodromes (-2,05 pour 10 000 hab.).
§ Les salles multisports (-2,02 pour 10 000 hab.).
§ Les équipements équestres (-1,94 pour 10 000 hab.).
§ Les terrains de grands jeux (-1,91 pour 10 000 hab.).
§ Les salles ou terrains spécialisés (-1,64 pour 10 000 hab.).
§ Les salles non spécialisées (-1,08 pour 10 000 hab.).
§ Les équipements d’activités de forme et de santé (-0,89 pour 10 000 hab.).
§ Les salles de combat (-0,53 pour 10 000 hab.).
§ Les pas de tir (-0,48 pour 10 000 hab.).
§ Les bassins de natation (-0,45 pour 10 000 hab.).
§ Les structures artificielles d’escalade (-0,41 pour 10 000 hab.).
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 36/100
5.3. Répartition des équipements sportifs par commune Carte 5: Répartition du taux d'équipements sportifs pour 10 000 habitants par commune (avec sports de nature)
Les taux d’équipements pour 10 000 habitants varient fortement entre les différentes communes. Ce phénomène s’explique essentiellement par les différences de démographie et de milieu (rural, péri urbain et urbain). Ainsi, des communes rurales ayant peu d’habitants et quelques équipements possèderont généralement des taux d’équipements élevés voire très élevés.
POINT DE VIGILANCE
Une dotation en équipements sportifs pour 10 000 habitants très différente d’une commune à l’autre avec :
- Une partie Nord – Nord Ouest et une partie Sud – Sud Ouest plutôt bien dotées.
- Une partie du Centre et de l’Est significativement moins bien dotée.
Il faut tout de même garder à l’esprit le nombre d’habitants et la densité de population par commune.
Les communes les moins bien dotées font partie des plus peuplées. Elles ont généralement un plus grand nombre d’équipements et une plus grande diversité d’équipements.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 37/100
Carte 6: Répartition du taux d'équipements sportifs pour 10 000 habitants par commune (hors sports de nature)
Les différences de dotation entre les communes sont moins marquées lorsque les équipements « sports de nature » ne sont pas pris en compte.
Les communes les moins peuplées restent toujours celles qui paraissent les mieux dotées.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 38/100
5.4. Répartition des équipements sportifs par EPCI
Tableau 4 : Répartition du taux d'équipements sportifs pour 10 000 habitants par EPCI
EPCI POPULATION (2010)
10 000
CA de l’Espace Sud de la Martinique 121 511 370 30,4 256 21,1
CA du Centre de la Martinique 164 107 450 27,4 416 25,3
CA du Pays Nord Martinique 108 555 429 39,5 293 27,0
§ Avec 429 équipements sportifs implantés sur son territoire, la CA
du Pays Nord Martinique dispose d’un taux pour 10 000 habitants supérieur aux autres EPCI (39,5 pour 10 000 hab.). L’écart avec la CA du Centre de la Martinique est important : +12,1 équipements pour 10 000 habitants.
§ Cet écart se réduit fortement lorsque les équipements de sports de nature ne sont pas pris en compte : seulement +1,7 équipement pour 10 000 habitants.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 39/100
5.5. Années de construction
Figure 12: Répartition des années de mise en service des équipements sportifs (hors sports de nature)
§ Près de 17% des équipements sportifs de la Martinique ne donnent pas d’information quant à leur année de mise en service. Au niveau national, ce pourcentage est seulement de 4%. Il est donc difficile, avec les données disponibles et déclarées dans le RES, de dire si les équipements sportifs de la Martinique sont plus récents ou moins récents que ceux du territoire national.
0,2%
3,3%
9,1%
14,2%
7,7%
17,1%
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
Avant 1945 1945-1964 1965-1974 1975-1984 1985-1994 1995-2004 A partir de 2005 NR
Martinique France
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 40/100
6. Analyses spécifiques des équipements sur le territoire
6.1. Les bassins de natation Carte 7: Localisation des bassins de natation et des clubs de natation
Certaines parties du Nord de l’île ne disposent pas de bassins de natation. Ces zones sont toutefois peu peuplées.
De même, aucun bassin n’est aujourd’hui recensé dans la partie Sud Ouest de l’île. Cette zone représente près de 80 000 habitants. Un bassin est toutefois en cours de réalisation sur la commune de Saint-Esprit.
Deux associations affiliées à la FFN ne disposent pas de bassin de natation : Les Trois-Ilets et Sainte-Luce.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 41/100
6.1.1. Chiffres clés et synthèse
CHIFFRES CLES
DOTATION GLOBALE
§ 20 bassins de natation : - 4 bassins ludiques - 8 bassins mixtes - 7 bassins sportifs - 1 fosse à plongeon
§ Avec 0,49 bassin (ludique, mixte, sportif) pour 10 000 habitants, la Martinique est moins bien dotée que le territoire national (0,92).
§ Ces bassins sont situés sur 10 communes différentes.
MOUVEMENT SPORTIF 2011-2012
§ 13 clubs de natation recensés sur 10 communes, soit 0,3 club pour 10 000 habitants contre 0,2 au niveau national. § 2 853 licenciés à la Fédération Française de Natation, soit 73,1 licenciés pour 10 000 habitants contre 44,4 au niveau national. § Une moyenne de 220 licenciés par club au niveau de la Martinique contre 223 licenciés par club au niveau national.
CARACTERISTIQUES
§ 20 bassins découverts. § 26% des bassins ont été mis en service après 1995, 27% au niveau national. § 13 bassins ont déjà fait l’objet de travaux. § 63% des bassins du territoire appartiennent à des propriétaires publics contre près de 85% au niveau national. § Aucun EPCI ne possède de bassins alors qu’au niveau national, 24% des propriétaires des bassins sont des EPCI. § 1 bassin olympique est recensé sur le territoire, sur la commune du Carbet. La moitié des bassins mesure 25 m de long. § 7 bassins disposent de tribunes soit 37% des bassins contre 16% au niveau national. § Seuls 3 bassins possèdent un système d’immersion pour personnes handicapées à mobilité réduite (dans la moyenne
nationale).
PROJETS
§ 8 projets de construction : - Le Lamentin (en cours de réalisation) - Le Lorrain - Le Marigot - Le Robert - Le Vauclin (en cours de réalisation) - Rivière-Salée - Saint-Esprit (en cours de réalisation) - Schœlcher
§ Aucun projet de réhabilitation
LES SCOLAIRES
§ Avec 49 collèges et 22 lycées (publics et privés) le « savoir nager » est au cœur des préoccupations des équipes pédagogiques d’EPS.
§ A l’entrée en 6ème le « savoir nager » est acquis pour seulement 15 à 20 % des élèves (80 % au niveau national). Cela s’explique en partie par :
- La difficulté à prendre en charge transports en primaires. Les déplacements vers les piscines sont pris en charge par le conseil général pour les collégiens. Ce sont les publics prioritaires, cette compétence doit être acquise à la fin du cycle (10 à 12 séances sont programmées pour ceux qui ne maitrisent pas cette compétence au collège).
- Le constat est qu’il manque des bassins de natation (ceux existant sont saturés et parfois éloignés). L’académie doit avoir recours à des établissements privés et des infrastructures de petites dimensions pour lesquelles les conditions de pratique ne sont pas satisfaisantes.
§ L’IPR d’EPS n’est pas contre le principe des bassins en mer ou lignes d’eau. La priorité est de disposer de vestiaires et de sanitaires à proximité (avec la surveillance et le matériel de sécurité).
POINTS CLES
§ La Martinique est moins bien dotée que le territoire national.
§ Certaines parties du Nord de l’île ne disposent pas de bassins de natation. Ces zones restent toutefois peu peuplées.
§ Le Sud Ouest de la Martinique ne semble également pas doté en bassins de natation. Cette zone représente près de 80 000 habitants.
§ La CA du Centre de la Martinique semble être l’EPCI le mieux doté du territoire avec 0,61 bassin pour 10 000 habitants. Cette tendance va être renforcée par les projets de bassin en cours sur la Lamentin.
§ Avec la création du bassin du Lamentin, le territoire apparaît suffisamment doté en bassins de 50 m.
§ Le territoire apparaît sous-doté en bassins de 25 m.
§ 3 projets sur 8 portent sur des communes ne disposant pas encore de bassins de natation.
§ Un plus grand nombre de clubs et un plus grand nombre de licenciés donc une dynamique « natation » importante sur le territoire.
§ Des clubs de taille équivalente.
§ Des associations ne semblent pas avoir accès à un bassin de natation en dehors des bassins en mer.
§ Les bassins flottants en mer ont fait leur apparition sur le territoire (1 à St Luce et 1 en cours de création au Vauclin). Cependant des questionnements techniques perdurent sur ce type d’équipement.
A noter toutefois que peu d’espaces de baignades aménagés sont recensés dans le RES. De même, les bassins en mer n’apparaissent pas non plus dans le RES.
Région Martinique – Diagnostic Territorial Approfondi - Synthèse Mouvens – décembre 2014 page 43/100
AXES DE REFLEXION
Développer l’offre de bassins semble prioritaire en raison de :
§ La sous-dotation.
§ De la difficulté rencontrée par le public scolaire et l’acquisition de la compétence du « savoir nager ».
L’opportunité d’évolution pourrait s’orienter en 3 axes :
§ 1 -Viabiliser des espaces de baignades aménagées en mer (vestiaires + sanitaires).
§ 2 -Opportunité de recourir à des bassins flottants en mer … soumise &agra